* La (vraie) vie *, Grossesse

L’allaitement…

5 octobre 2012
Allaitement La Reine de l'Iode

Ouhlala… dossier traité et sur-traité sur les blogs, les sites, dans les journaux et diners entre amis… plus particulièrement ces derniers temps!
Plusieurs fois que les lectrices me posent la question « A quand un article sur l’allaitement? »…
J’y ai pensé plus d’une fois, vous vous doutez bien, mais je n’ai jamais sauté le pas. C’est comme le père Noël, un vaste sujet qui créé souvent une polémique même si à mon sens ça n’a pas lieu d’être!

Pour moi, c’est un peu compliqué…

Depuis toute petite, je me disais qu’il était hors de question que je n’allaite pas mon enfant au sein.
Ma mère nous a nourri au sein (même si elle en garde un sacré traumatisme pour moi), ma belle-soeur (Maman Brode) a allaité ses 5 garçons jusqu’à très tard, mon autre belle-soeur a fait de même avec ses 2 filles (même si c’était plus court) et beaucoup de mes amies aussi.
Il allait de soi que j’allais allaité au sein et pas seulement 3 mois. Allaiter au biberon n’était même pas une possibilité.
C’est naturel et rien ne vaut le lait de la mère, c’est plus pratique car on a toujours à porté de main de quoi nourrir l’enfant, ça créé des liens incroyables avec la maman, les enfants sont moins malades plus tard, c’est économique et j’en passe…

Bref, jusqu’au 24 décembre 2010, 10h du matin, c’était une évidence.

Mais 4 heures après la naissance de little I., le pédiatre est passé et m’a annoncé que je pouvais allaiter au sein mais que je risquais de mettre la vie de ma fille en danger à cause du traitement que je prends depuis 12 ans pour mon coeur (bêtabloquants) car ça passe dans le lait…
PAF! ça m’est tombé dessus comme ça. Il était clair que je n’allais pas prendre de risque et que j’allais bien évidement donner le biberon à Isadora.
Sur le coup j’ai pleuré… Beaucoup… Car pour moi, une bonne mère allaitait au sein. Le biberon n’était pas une option.
Et puis le fait que le pédiatre me dise ça alors que je venais d’accoucher et que mes médecins m’avaient dit pendant 9 mois que ça ne devrait pas poser de problème… C’était le couperet!

J’ai quand même mis une bonne semaine à encaisser le coup.
J’ai eu confirmation de mes docteurs par la suite, effectivement le traitement que je prends n’est pas compatible et aucun substitut ne fonctionnerait sur moi (pourquoi ne pas avoir regardé de plus près avant le jour J, c’est la question que je me pose…).

Alors j’ai fait avec le biberon.

Et croyez le ou pas, au fond je ne regrette pas.
Je ne me suis jamais demandée si elle mangeait bien ou pas, je n’ai pas passé des heures à galérer parce qu’elle ne voulait pas prendre, je n’ai pas connu la phase du sevrage qui est parfois chaotique, j’ai pu la laisser très tôt chez ses grands parents même pour une nuit, son père lui a autant donné à manger que moi…
L’allaitement même au biberon créé un lien très fort (et mon mari a pu le connaître aussi), ma fille n’est pas plus malade que les autres enfants (elle l’est même moins j’ai l’impression), je sors quand même beaucoup sans me poser de question (j’emmène juste un sac avec des biberons et du lait en plus des changes)

Tout ça pour vous dire qu’en fait je pense que je n’étais pas fait pour allaiter au sein. Alors c’est un mal pour un bien que je n’ai pas pu le faire.
Enfin ça au fond je ne le saurais jamais…

Je respecte les femmes qui allaitent au sein. Je respecte les femmes qui allaitent au biberon.
Chacun fait comme il veut mais surtout comme il peut.
Je ne juge pas, alors je demande à ce qu’on ne (me) juge pas.
J’execre simplement les intégristes de l’allaitement maternel et les intégristes de l’allaitement artificiel (j’ai été contacté par certaines et je vous assure que c’est pas joli joli cette gue-guerre qui n’a pas lieu d’être!).
Voilà, c’est dit!
J’aime en parler et connaitre les histoires des « choix » des femmes mais je déteste ce militantisme et ces jugements ridicules.

Et par chez vous, comment ça s’est passé coté allaitement?

Bon week-end!!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

You Might Also Like

16 Comments

  • Reply annefromhk 5 octobre 2012 at 9 h 11 min

    bib’ of course sans me poser de questions et contente x 4 ! bon wik

  • Reply delph 5 octobre 2012 at 9 h 19 min

    Bib pour les 5……aucun jugement pour ma part ! On fait comme on peut, veut ! Merci pour ce bel article !

  • Reply euphroisine 5 octobre 2012 at 10 h 09 min

    Alors ici je n’ai pas fait dans le simple : n1 volonté d’allaiter mais bébé en couveuse et l’hopital où j’étais n’a pas accédé rapidement à ma demande de tire-lait donc quasi pas de lait bref je suis passée au bib avec un gros pincement.n2 volonté d’allaiter, mais il n’arrivait pas à téter correctement et puis gros pb psy pour moi je n’ai pas supporter la montée de lait, je n’ai plus supporter cette poitrine que je trouvais monstrueuse 1 semaine d’allaitement et je suis passée au bib. n3 j’ai retenté quand même et tout à été nickel. n4 15 jours d’allaitement mais bébé en néonat qui se fatigait vite et qui donc ne tétait pas assez et ne grossissait pas et hop bib. Je crois donc que j’ai à peu près tout testé et aucun regret. J’ai aussi eu beaucoup de mal avec la guerre bib/sein mais pour moi chacun sa vie, chacun ses choix (parfois non-choix) l’essentiel étant que tout se passe bien pour chaque personne.

  • Reply Au p'tit Bonheur 5 octobre 2012 at 10 h 24 min

    Allaitement pour les 4, mais libre de toute pression ! Au bout de 6 mois, j’en ai eu marre pour les 3 premiers et pour la 4, je me régale encore à 10 mois.
    La pression vient de l’Europe, où la leche league a fait un lobbying de dingue et est en train d’imposer à la France de promouvoir l’allaitement pour que tous les enfants y aient droit. D’où cette sacré pression !
    Je pense que je n’aurai pas allaité si je n’y avais pas trouvé mon compte ! Mais c’est vrai que cet été, c’était vraiment super pratique, même en cas d’oubli de petit pot, choupinette avait de quoi manger, et c’est reposant de se dire qu’on peut oublier d’organiser certaines choses sans que cela soit catastrophique…C’est comme pour l’autre polémique « bosser ou ne pas bosser (à l’extérieur) avec des enfants » l’essentiel est d’être à la place qui nous convient.

  • Reply Carole 5 octobre 2012 at 10 h 37 min

    Allaitement pour les deux. Pour Anaëlle, j’avoue j’ai dû la forcer mais je ne voulais pas lui donner de biberon. Je n’avais aucune raison de ne pas allaiter et j’étais trés bien épaulée (mari, NHS…). Pour Flavien, l’allaitement s’est passé comme sur des roulettes dès le début.

    Dans ton cas, c’est évident que tu n’allais pas mettre la vie de ta fille en danger mais comme toi, je me demande comment cela se fait-il que les médecins ne t’y aient pas préparé?

  • Reply marionnette 5 octobre 2012 at 12 h 30 min

    merci pour ce témoignage qui montre une fois de plus qu’on fait ce qu’on veut / peut :-)
    ici comme toi, l’allaitement maternel était une évidence, et ça a été le cas.
    Le principal c’est quelque soit l’allaitement choisi, ce soit bien vécu ;-)
    Par contre, je n’ai jamais été très à l’aise pour en parler, car toujours peur de passer pour une ayatollah de l’allaitement, juste parce que ça me convient à moi…

  • Reply Isabelle 5 octobre 2012 at 14 h 22 min

    Allaitement parce que c’était une évidence pour moi et un bonheur que ce soit possible. Et chaque enfant plus longtemps. Mais ma soeur qui voulait comme moi l’allaiter n’a pas pu le faire.
    En effet, chacun fait comme il peut et si ça peut se rapprocher de ce qu’il veut, tant mieux.
    En revanche, attendre l’accouchement pour apprendre que l’allaitement est impossible, quelle claque! Là, pour le coup, j’aurais râlé, pleuré, demandé des explications… et j’en passe.

  • Reply Sylvie L 5 octobre 2012 at 16 h 24 min

    Allaitement pour les 2 et çà a été le top !
    je pense aussi que chacune doit faire au feeling, et qu’il n’y a pas de jugement à porter sur le choix de chacune, c’est perso, et çà doit être bien vécu par la maman et le bébé, après les commentaires de l’entourage …..

  • Reply Nocléa 5 octobre 2012 at 19 h 38 min

    Allaitement pour mes 3, j’ai eu beaucoup de chance ça s’est fait très facilement et j’ai allaité entre 6 mois et 1 an, même bien après le reprise du boulot.
    J’ai bien conscience qu’allaiter ne va pas de soi et j’ai « coaché » avec succès plusieurs copines, après avoir été vraiment choqué par la désinformation et la méconnaissance de l’allaitement de beaucoup de professionnels de santé…
    Bien sûr ton cas est différent et je trouve que tu as bien positivé les choses et dépassé intelligemment ta déception de ne pas pouvoir allaiter.
    Je ne suis pas du tout une ayatollah de l’allaitement et je respecte le choix de celles qui préférent donner le biberon, par contre, je trouve très dommage que beaucoup de mamans qui souhaitent allaiter échouent faute de soutien et de bons conseils !

  • Reply Anays 5 octobre 2012 at 23 h 11 min

    Pour ma part je voulais allaiter c’était une évidence et je ne me suis même pas poser de question. Je pensais que tout allait se faire naturellement et puis quand ma fille est née cela ne s’est absolument pas passé comme prévu, j’ai eu mal, très mal même, ma fille passait ses journées accrochée au sein je ne comprenais pas. Elle donnait l’impression de n’être jamais rassasiée, les visites chez le pédiatres confirmait sa prise de poids parfaite, mais moi j’en pouvais plus.. Ca m’est arrivée de passer 8h sur le lit avec le bébé qui tétait. Jusqu’à ce que mon sein s’engorge et que je chope une mastite et j’ai frôlé l’engorgement :/ Personne ne m’avait expliqué l’allaitement et ne m’avait informé correctement. J’ai mis du temps à faire le deuil de cet allaitement raté alors si tu as échappé à ce genre de situation c’est bien mieux comme ca !! ;)

  • Reply Madame Moustick 7 octobre 2012 at 14 h 24 min

    Moi, j’ai biberonné par choix l’aîné et donné le sein (16 mois) par choix aussi au deuxième. J’ai changé entre mes deux grossesses. Si c’était à refaire, je ne sais pas ce sur quoi je porterai mon choix. Les deux expériences ont été heureuses donc aucun regret !

  • Reply Amarantha 7 octobre 2012 at 22 h 10 min

    Ce genre de sujet part vite en sucette habituellement, ça fait plaisir de voir autant d’avis respectueux… Pas d’allaitement pour moi, c’était une évidence. Je n’ai d’ailleurs pas eu de montée de lait, sans prendre aucun cachet. J’ai donné le biberon à mes deux fils, y compris du lait préma au premier, ils sont rarement malades, le papa prenait le relais la nuit ou quand je sortais m’aérer, bref, un choix jamais regretté, sans états d’âme. Je ne suis ni pour ni contre l’allaitement, que chacune fasse ce qui lui plaît, sans pression ni contrainte. J’ai une amie qui allaite encore son fils à 2 ans et je l’encourage à ne pas écouter les esprits chagrins qui lui disent qu’il est temps d’arrêter…

  • Reply Mademoiselle Maman 9 octobre 2012 at 11 h 45 min

    Sacré sujet. Je m’étais prise au jeu il y a quelques temps…

    http://mademoiselle.maman.over-blog.com/article-le-non-allaitement-mes-raisons-a-moi-108263005.html

    Le biberon était pour moi une évidence. Mais il a fallu vivre avec ce choix et se foutre des remarques déplacées.

  • Reply Astrid 9 octobre 2012 at 13 h 52 min

    Merci à toutes pour vos témoignages!!! comme quoi effectivement on peut faire un sujet allaitement sans que ça parte en vrille!
    Merci!

  • Reply lavieici 9 octobre 2012 at 14 h 40 min

    ici ça a été biberons pour les 4….il n’était pas question d’allaitement pour moi…et j’ai eu la chance de tomber sur des sage-femmes et des puéricultrices qui ne m’ont jamais forçée…c’était ma hantise de ne pas oser leur dire non (surtout pour la 1ère où j’étais très jeune..)..et non, j’ai eu à faire à des personnes qui ne jugeaient pas, qui me comprenaient, qui entendaient…
    j’adore ce moment du biberon avec un nouveau-né et aujourd’hui je me régale à pouvoir donner le bib aux bébés de mes copines……

  • Reply Karen 11 octobre 2012 at 9 h 40 min

    je voulais absolument allaiter et je n’ai pas pu… montée de lait tardive pour les deux, un premier qui perdait du poids et ne tétait pas bien, du coup biberon encouragé par la clinique… et pour numérobis rebelotte : un grand pas grand du tout qui ne comprenait pas que je ne m’occupe pas de lui pile au moment des tétées, bref obligée de jeter l’éponge trop vite ! un regret certes mais bon « quand on n’a pas c’qu’on aime, on aime c’qu’on a ! » bizzzzzz

  • Leave a Reply